Diplomatie Champenoise


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D'un cavalier vers la Paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yop-la



Messages : 1
Date d'inscription : 06/10/2011

MessageSujet: D'un cavalier vers la Paix   Jeu 6 Oct - 8:04

Un cavalier qui surgit hors de la nuit, est en train de courrir vers l'aventure au galop... ou plutôt vers l'ambassade champenoise où le guide présentement les quatres pieds de sa monture lancée à vive allure.

Un arrêt devant les garde juste le temps de leur transmettre l'annonce, et le voilà déjà reparti vers de nouvelles aventures...euh...ambassades.





Citation :


Aux peuples du Royaumes de France, et au Grand-Duché de Bretagne,
A sa majesté Nebisa, et au Grand-duc Elfyn,


Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, et il est un fait que certaines n’ont pas été assumées. Auprès de Sa Majesté Nebisa, Notre filleule devant Aristote, notre amie que nous aimons haïr, adversaire de toujours, mais avec cette courtoisie où le vaincu s’incline de bonne grâce et en toute élégance devant celui qu’on houspillait hier, car il n’est de noblesse que dans ce que les angloys nomment Fair play, nous déplorons les choses suivantes :
Cette guerre qui ravage le Pays est née de la cupidité de certains pairs de France, dont le nom déshonore Paris, leur seigneurie Tixlu, Llyr ou encore Armoria, et qui profitant de la faiblesse et des insuffisances de gouvernance de feue Sa Majesté Beatrice, et elles furent nombreuses, ont par cupidité et haine choisis d’agresser le Berry. Même le retrait du Pouvoir du « félon » Georges le poilu ne calma pas leur haine et violence.
Vous auriez dû en ce temps-là, Votre Majesté, exiger les retraits de ces agresseurs, et le Ponant se serait dispensé de venir soutenir le Berry.
Vous ne l’avez pas fait et c’est à votre charge, car le Duc Alleaume vous avait alors prêté allégeance, et une décision volontaire aurait assurément évité cette guerre. Vous ne l’avez pas prise, soutenant ainsi ceux qui vous avaient fait Reyne pour ne pas rendre de compte sur leur forfaiture. C’est une faiblesse qui n’est pas dans votre caractère, et il est dommage que toutes la volonté dont vous avez fait preuve ensuite pour détruire vos ennemis n’ai point fait oublier cette errance originelle.

Néanmoins, une monstruosité bien plus forte que celle dont vous accuse vos ennemis est apparue plus à l’ouest. Celle de la Tyrannie du Grand-duc Elfyn, pourtant garant de la constitution Bretonne. Sa première trahison fut celle de son peuple, en enfreignant le traitée du Mont Saint Michel, puis celle du Ponant, donc je rappelle deux articles de sa charte:
Citation :

Article 2
L’Alliance du Ponant s’inscrit dans la lignée de la paix du Mont Saint Michel. A savoir en renforçant les liens d’amitiés et la coopération existant et en prônant la paix ainsi que le respect des peuples et de leur droit. Tout cela dans l’esprit d’enrichissement mutuel et de concorde entre les provinces françaises et la Bretagne.

Article 21
Les membres de l’Alliance s’engagent à se tenir informés de leur politique diplomatique respective, à faire en sorte que celle-ci ne porte pas atteinte aux intérêts des autres membres et qu’elle respecte les accords internationaux conclus par les membres de l’Alliance, en particulier le traité du Mont Saint Michel.



Puis chaque jour qui passa, le Grand-Duc enfreint un à un chaque article de la charte, et le Ponant répondit par un silence coupable, parce qu’une de ses intendantes n’avait pas su fermer ses cuisses et que les chambellans du Ponant et de Bretagne, n’avaient su l’ouvrir, préférant couvrir sans cesse ses crimes.

Je vous assure Votre Majesté, le Ponant est une belle oeuvre et des gens comme Myrlin le sage ou Melior qui sont à vos côtés et qui l’ont signé avaient pris des garanties, qui s’assuraient qu’un état étranger, en l’occurrence la Bretagne, ne puisse intervenir en France.

Le coupable n’est pas le Ponant, mais la lâcheté de ses membres qui n’ont su en respecter la charte. Mais comment leur reprocher quand on voit que certains pairs qui ont le sang de votre peuple sur les mains paradent à vos côtés.

-Votre guerre contre la Bretagne est légitime pour avoir enfreint le traité du Mont saint Michel.
-Votre guerre contre le ponant est légitime, car celui-ci n’a pas su respecter le fondement même de sa charte et de sa constitution et empecher cette violation.
-Mais l’acte fondateur, la Guerre du Berry et sa destruction ne l’était pas, vous aviez devoir de protection et de subsistance, et rien si ce n’est de satisfaire la bassesse de vos proches et un relent d’ancien atavisme ne pouvaient justifier ce massacre.

C’est pourquoi Votre Majesté Nebisa, je vous demande humblement, ce qui n’est point dans ma nature, de prendre les décisions suivantes :

-Retirer vos troupes du Berry et rendre le Berry à son Duc élu par les urnes.
-Rencontrer les représentants du Berry, de l’Artois et de l’Anjou et d’écouter leur revendication, en matière d’Hérauderie et de justice, car ils ne haïssent point le royaume de France, mais souhaitent être entendus sur le devoir de subsistance, de justice et de protection que vous leur devez, et en échange, ils vous rendront le respect, les conseils et l’aide qu’ils vous doivent. Car ils sont le cœur et l’âme du Ponant, du vrai, de celui qui fut attaché à ses valeurs premières. Et ce Ponant-là était digne d’éloges.

-Je vous demande également d’exiger de la part du Grand-Duc Elfyn son abdication, car il est en terre de Bretagne des gens justes et sages comme Myrlin, Riwan ou encore Grand-sage, respectueux autant du peuple de Bretagne que celui de France, et ne désirant nulle tyrannie.

Exigez, comme cela est votre rôle que le ponant lève une cour de justice, et présente avec sagesse et maturité sous l’égide de Myrlin là où elle s’est trahie et vous désigne ses coupables, et faites de même du côté de la Couronne, que les coupables de cette guerre soient châtiés sans exception, où qu’ils soient. Pas ceux qui l’ont fait, mais ceux qui furent les instruments du Sans Nom.

-Je vous demande enfin de regarder avec la même fermeté la Touraine, le Bourdonnais-Auvergne ou le Poitou, tout trois coupables d’avoir voulu écraser leur voisin pour en retirer plus de richesse, de puissance et de pouvoir, au point de tout trois mépriser votre autorité.

Si votre guerre a pour finalité non de détruire le Ponant, mais de l’obliger à assumer le rôle qu’il s’est fixé, l’épanouissement, la paix, le développement de l'Ouest de votre royaume, votre paix sera juste et votre règne béni. Je me tiens évidemment a votre disposition pour agir dans le sens de la paix, mais cela passera par une volonté de conciliation, je ne parle pas des fourberies sporadiques de la chancellerie du ponant, ou de la langue vipérine d’Elfyn, mais prenez le temps d’écouter Alleaume, Vendettal ou Fidos, Ventrachoux et Sa Grâce Archybald en ma présence car je pense qu’une médiation s’impose, ainsi que Myrlin et Riwan, je suis persuadé qu’une telle assemblée pourra amener la paix bien plus efficacement que toutes vos armées.
Toute Reyne a besoin d’un dauphin qui sache porter sa voix, où l’on ne l’entend plus. Il va de soi que le Grand Ambassadeur Royal de France ou la première secretaire d’Etat sont bienvenus.




Au Grand-Duc Elfyn, vous qui un jour exigiez que je vous appelle Majesté, oubliant que vos sujets sont d’abord des citoyens et des hommes libres, vous les avez assujettis, rêvant d’un royaume puis d’un empire confédéré. Vous n’avez eu de grand que le fait d’avoir été désigné par Myrlin, et vous n’avez pas su être le porteur de cette dignité. Vous avez failli à votre mission, et il n’est plus qu’au Poitou où l’on affirme encore le contraire, car dans le Grand-Duché de Bretagne, ou le Royaume de France, tous se gaussent de votre nom, synonyme de trahison, de duplicité et être un Montfort qui hier était une vertu devient de par votre existence un délit.

Je vous demande, mais la paix l’exige, que vous abdiquiez sur l’heure, pour sauver la Bretagne, son honneur et le Ponant. La Bretagne a pour devise "Plutôt la mort que la souillure", il est regrettable pour elle que vous n’ayez connu la mort avant. Je demande au peuple breton, qu’il en ait été honni dans le passé et s’appelle Pit51,Evenice , Alieniore Leyah, Enigriv, Aanor et tant d’autres, qu’il soit aujourd'hui Montfort, Brocéliande,Guerande, ou toute honorable maison, qu’il soit paysan, citoyen, chevalier des Trente ou noble, qu’il soit adepte du druidisme ou Aristotélicien, je demande à tout le peuple breton de montrer que si le Grand-duc ne fut point choisit que par dépit, vous Peuple de Bretagne pouvez demander, et exiger des comptes à votre Grand-duc, comme l'a fait maladroitement mais courageusement la duchesse Douchka, comme le fit Myrlin en place publique, comme je le fais en ce jour auprès de la Reyne.

Indignez-vous, levez-vous, montrez que l’âme bretonne ne se nourrit pas de sang mais de grandeur.

Pour nos peuples et pour la paix,





Revenir en haut Aller en bas
Brylastar

avatar

Messages : 829
Date d'inscription : 29/01/2009
Localisation : Compiègne

MessageSujet: Re: D'un cavalier vers la Paix   Jeu 6 Oct - 11:32

Bry prit le courrier, le lut et alla préparer son cheval pour retourner au Castel.
Revenir en haut Aller en bas
 
D'un cavalier vers la Paix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feu- vers Multi-éléments (Pandawa 191)
» liens vers les 2 gm mago de paragon
» [Vidéo] RETOUR VERS LE FUTUR 2 doublé en japonais.
» Regarder vers le haut et vers le bas
» Retour vers le futur - Le jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Diplomatie Champenoise :: Hall d'accueil :: Accueil des dignitaires étrangers / Reception of foreign dignitaries / Empfang ausländischer Diplomaten :: Archives-
Sauter vers: